Arkhama.free.fr
Port > critiques ciné > District 9

District 9

lundi 28 septembre 2009

Initialement, Neill Blomkamp avait été choisi par Peter Jackson pour réaliser le film Halo, basé sur le jeu de tir de Microsoft. Le projet ayant étant repoussé (annulé ?), Jackson lui a offert les moyens de réalisé un projet de son choix. Le résultat est aujourd’hui devant nos yeux.

Une vingtaine d’années après leur arrivée sur Terre, des réfugiés extra-terrestres sont regroupés dans le District 9, un bidonville, en bordure de Johannesbourg où ils tentent de survivre. Devant l’hostilité des humains vis-à-vis de ceux qu’ils appellent les "crevettes", le MNU - le Multi-National United, l’organisme chargé du contrôle des aliens sur Terre - décide de les relocalisés. Alors qu’il parcourt District 9, faisant signé les avis d’expulsions aux extra-terrestre, Wikus van der Merwe entre en contact avec un fluide extra-terrestre inconnu.

Pour le moins attendu par les fans de S-F, voici le film de protégé de Peter Jackson. Et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il sort des sentiers battus... Présenté sous la forme d’un faux documentaire sur les sombres agissements de Wikus van der Merwe (on laisse entendre dès le début qu’il aurait trahi), le film enchaîne les visions sombres de l’humanité. Du racisme commun envers ceux qu’ils appellent les "crevettes" aux gestes de pure barbarie (la scène où, brûlant des œufs aliens, le héros s’amuse du bruit de pop-corn qu’ils font en explosant), aucun être humains n’est à sauver. Et ce n’est pas les puissances en place, se battant pour contrôler les technologies des armes aliens qui vont élever le débat...

JPEG - 28.1 ko
Oubliez vite ce beau rêve

District 9 est donc un film sombre, et ce n’est pas le "héros" qui va changer la donne. Car Wikus, s’il est amené a embrasser la cause extra-terrestre, ne le fera que contraint et forcé, pour sauver sa propre vie. Jamais ce cadre minable du MNU, dont le seul titre de gloire est d’avoir épousé la fille de son directeur, n’aurait imaginé aider ces crevettes qu’il déteste autant que tout un chacun.

JPEG - 24.7 ko
Une bavure approche

Certes, le film n’est pas exempt de défauts, notamment un bon nombre d’incohérences que l’on pardonnera facilement et des effets gores pas forcément nécessaire. Mais District 9 fête en grande pompe le retour de la science-fiction intelligente qui a quelque chose à dire.

District 9
Partager sur Facebook Delicious Digg! submit to reddit

Salle des cartes | Cabine du capitaine | Site armé par  SPIP | © Arkhama.free.fr